Vous êtes ici

LA DISLOCATION DU CHU DE NICE – INACCEPTABLE !!!

Le plan proposé par le Directeur Général pour redresser le CHU est purement comptable et ne prend ni en compte les besoins de la population ni les conditions de travail des personnels qui se dégradent toujours davantage.

C’est une casse programmée de l’hôpital public.

Il s’agit d’une diminution de la couverture sanitaire avec 201 lits en moins et autant de postes (Contrat de Retour à l’Équilibre Financier qui sera présenté au CTE du 5 décembre 2017).

Il propose de concentrer les activités du CHU sur 2 sites, ce qui entraine de facto la disparition de Cimiez et la réorganisation du Pôle Gérontologique et du Pôle Administratif avec de nouvelles perte de lits et d’emplois

LA VENTE DE CIMIEZ EST DÉCIDÉE ET TOUTE PROCHE !!!!

La CGT s’oppose fortement à la vente du site de Cimiez. Elle propose la modernisation totale du site avec l’intégration des plateaux techniques nécessaires. Elle propose également d’ouvrir les négociations et les discussions sur un projet de Pôle Mère Enfant au CHU de Nice. La perte des lits et des services est uniquement basée sur une réduction de charges à court terme afin que la Direction via l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) atteigne les objectifs fixés par le Ministère.

Le seul but du Directeur Général est le retour à l’équilibre financier, il s’engage dans un CREF avec une diminution approximative de 200 lits d’hospitalisation conventionnelle avec autant de postes, soit 1 ETP par lit pour le personnel non médical et 1 ETP par 10 lits pour le personnel médical.
Du jamais vu !!! les premiers chiffres laissent apparaitre une suppression de 11 postes d’IDE, de 72 postes d’AS, de 27 postes d’ASH et de 30 postes administratifs, techniques etc…
Il s’appuie sur 165 départs à la retraite annuellement pour supprimer entre 2018 et 2020, 75 Équivalents Temps Plein par an. D’autre part, la Direction Générale annonce clairement qu’un certain nombre de contrats en CDD ne seront pas renouvelés. INADMISSIBLE

Est prévue la diminution du paiement des heures supplémentaires, du recours à l’intérim, alors qu’aujourd’hui le total cumulé des heures supplémentaires tous grades confondus représentent 300 postes à temps plein.
Aujourd’hui, les conditions de travail du personnel soignant sont difficiles tant physiquement que moralement et ne permettent pas une prise en charge optimale des patients. La qualité et la sécurité des soins s’en ressentent.
Pour la CGT, le retour à l’équilibre passe par l’embauche de personnels de tout grade en nombre suffisant.
D’autant que le rapport de l’IGAS remet en cause clairement la pertinence de certains choix stratégiques fait par la direction ; à savoir : Abandon de la pédiatrie publique, de la chirurgie cardiaque, de l’ORL… Ce que la CGT n’a eu de cesse de dénoncer et de combattre.

Le CHU étant soumis à la T2A depuis de nombreuses années, le financement des hôpitaux publics est soumis à l’activité de soins réalisés, par conséquent la diminution du nombre de lits et de personnels engendrera forcément une diminution de l’activité et une diminution des moyens du CHU.

Tout le calcul du Directeur Général est basé sur l’orientation nationale d’actes réalisés en ambulatoire. Or, le CHU doit être capable de proposer à sa population une couverture sanitaire digne d’un hôpital public dans la 5ème ville de France et éviter ainsi la fuite des patients vers des établissements privés à but lucratif.

Le CREF qui sera présenté au CTE du 5 décembre 2017 ne permettra pas à moyen et long terme de rester à l’équilibre puisque la diminution des lits, la perte de la blanchisserie, l’absence d’un Pôle Mère Enfant, auront pour conséquences la diminution des recettes du CHU (moins d’activité = moins de financement).

La politique de santé, initiée depuis des années et poursuivie par le Gouvernement Macron ne fait qu’aggraver les conditions de travail des personnels et la prise en charge de la population.

LA CGT APPELLE LE PERSONNEL A SE MOBILISER

MARDI 5 DÉCEMBRE 2017 A 9H DANS LE HALL DU GRAND HÔTEL DE L’HÔPITAL DE CIMIEZ

Pour exiger à l’ouverture du CTE:

  • L’ARRÊT DU CREF
  • NON A LA VENTE DU SITE DE CIMIEZ
  • NON A LA FERMETURE DES LITS
  • NON AUX SUPPRESSIONS D’EMPLOIS
  • LE REMPLACEMENT DE TOUS LES DÉPARTS A LA RETRAITE
  • LE PAIEMENT DES HEURES SUP

Related posts